Gestion de l’attention Gestion des difficultés attentionnelles

Les enfants qui présentent un TDAH rencontrent des difficultés attentionnelles.

Le déficit attentionnel est l’un des principaux symptômes du TDAH. L’immense majorité des enfants, pour lesquels un diagnostic a été posé rencontre des difficultés dans l’un ou l’autre des secteurs de l’attention.

L’attention est composée de différentes « compétences » qui permettent :

  • Le maintien de l’éveil / de la vigilance
  • La capacité à se concentrer, maintenir son attention dans le temps (attention soutenue)
  • La capacité à diriger son attention sur une tâche ou un élément au détriment des autres (attention sélective)
  • La capacité à gérer plusieurs sources d’information (attention partagée)

L’enfant peut rencontrer des gènes plus ou moins importantes, dans la mise en œuvre de l’une ou l’autre de ces compétences. Tous les secteurs de l’attention peuvent être concernés.

En pratique :

  • L’enfant semble ne pas entendre ou ne pas écouter
  • Il a du mal à initier, à démarrer une tâche ou à se mettre au travail
  • Il peine à suivre les consignes
  • Il est étourdi
  • Il ne suit pas les procédures ou les méthodes apprises
  • Il ne mène pas les tâches qui lui sont confiées jusqu’à leur terme,
  • Il s’interrompt en cours de réalisation
  • Il évite ou tente de contourner les tâches qui lui demandent un effort soutenu
  • Il est facilement distrait
  • Il sursaute au moindre bruit (stylo qui tombe, camarades qui bavardent, chaise déplacée, personne qui passe dans le couloir, …)
  • Il peut être gêné par le mouvement autour de lui (difficulté à focaliser son attention)
  • Il rêvasse, semble dans la lune, ailleurs, dans son monde
  • Il décroche pendant les cours
  • Il multiplie les fautes d’inattention : mots oubliés lors de la copie, fautes d’orthographe nombreuses (accords), erreurs de restitution lors de leçons sues, exercices ou questions oubliés
  • Il oublie son matériel scolaire, ses livres, manuels et cahiers
  • Il perd ses affaires de cours ou ses affaires personnelles

Ce qui peut être entrepris en classe :

Pour aider l’enfant, l’enseignant peut :

  • Limiter le plus possible les distracteurs visuels au sein de la classe (affiches, dessins, etc)
  • Limiter le matériel pédagogique sur les pupitres
  • Placer l’enfant de manière stratégique dans la classe : plutôt devant face au professeur ou au tableau, proche de camarades calmes et sérieux, sur lesquels il pourra également prendre exemple)
  • Limiter le bruit et l’agitation pendant les cours
  • Aider l’enfant à démarrer
  • L’aider à s’organiser si nécessaire
  • Scinder les consignes,
  • Privilégier les consignes courtes et précises
  • Etablir un classeur de routines auquel l’enfant pourra se reporter pour les séances répétitives
  • Aérer les supports pédagogiques, en limitant le volume des illustrations
  • Pour les évaluations et les contrôles, scinder les exercices et les disposer sur des pages séparées
  • Utiliser des codes couleurs ou des polices différentes pour mettre en évidence les éléments importants à retenir ou auxquels l’enfant doit prêter attention
  • Etablir régulièrement un contact visuel avec l’enfant (indispensable lorsque l’on s’adresse à lui)
  • Verbaliser les attentes, les répéter et s’assurer que l’enfant a bien compris les consignes, au besoin en les lui faisant reformuler
  • Proposer à l’enfant de se relire, en lui donnant des consignes précises (relire pour corriger les accords , vérifier le nom et la date en haut de la copie etc, proposer à l’enfant de faire la preuve inverse pour les calculs en mathématiques ou autoriser la calculette pour vérifier le résultat / une seule consigne à la fois )
  • Varier les intonations durant les leçons
  • Favoriser l’utilisation des feuilles à carreaux en mathématiques pour poser les opérations ou le papier millimétré pour poser en colonne pour que l’enfant puisse aligner correctement les chiffres
  • Permettre l’utilisation de cache ou de règles pour les exercices de lecture (ou qui nécessitent de la lecture)
  • Au besoin, permettre à l’enfant d’utiliser des bouchons d’oreille (de façon à leur permettre de s’isoler du bruit ambiant)
  • Faire participer l’enfant de manière régulière, afin d’améliorer son niveau attentionnel
  • Convenir d’un code, d’un signe (phrase, geste ) permettant de ramener l’enfant à la consigne ou d’éveiller son attention, par exemple : une main placée sur l’épaule discrètement
  • Varier très régulièrement les activités
  • Permettre à l’enfant de faire une pause s’il en a besoin
  • Ne pas oublier que les déficits d’attention fatiguent énormément l’enfant, qui sera souvent plus performant le matin qu’en fin de journée de classe (l’anticiper lorsqu’il s’agit d’évaluer les compétences de l’enfant)